Phobie scolaire, comment l’aborder ?

Plus qu’un refus d’aller à l’école, la phobie scolaire cache un trouble du comportement anxieux qui toucherait entre 1 et 5% des enfants scolarisés dans les pays occidentaux. Maladie désormais reconnue, elle doit être prise en charge rapidement. Voici quelques conseils pour la détecter et y remédier.

Comment reconnaître la phobie scolaire ?

Absentéisme, difficultés croissantes pour se rendre à l’école voire déscolarisation totale, ce trouble témoigne d’une véritable détresse de l’enfant qui est sans doute angoissé par son établissement ou son environnement scolaire.

Certains signes annonciateurs peuvent laisser présager une phobie scolaire : nausées, maux de tête, crises d’angoisse ou encore spasmophilie.

Les souffrances sont telles que l’élève peut aller jusqu’à s’isoler du monde, renonçant à ses loisirs. Il peut même parfois être dans l’impossibilité de se lever le matin.

Quels sont les éléments déclencheurs ?

Les éléments déclencheurs de la phobie scolaire sont propres à chaque élève : peur excessive de l’échec ou du jugement, confrontation à des situations de harcèlement, événement traumatisant, etc.

La prise en charge en vue d’une réinsertion

La phobie scolaire est diagnostiquée par un médecin qui oriente le jeune en difficulté vers les soins nécessaires en fonction du degré du trouble. Une prise en charge rapide de la phobie scolaire est indispensable : plus l’enfant attend, plus il est difficile pour lui de retourner à l’école.

De manière générale, les cours par correspondance sont déconseillés mais un emploi du temps modulé ou un service d’accompagnement à domicile peuvent être envisagés.

  • Centres dédiés : une reprise de la scolarité peut être programmée progressivement en entrant dans un premier temps par exemple dans les centres scolaires dédiés. De plus en plus d’espaces spécialisés voient le jour pour aider ces élèves (centres médico-psychologiques, Points accueil écoute jeune, par exemple). A Marseille, dans l’Hôpital Salvator, l’Espace méditerranéen reçoit de nombreux phobiques scolaires : ateliers de parole, de sophrologie, de relaxation, web radios ou encore cours dispensés par des professeurs de l’Education nationale.
  • Classe ou écoles spécialisées : la phobie scolaire étant de plus en plus reconnue, des classes voire des écoles spécialisées ouvrent leurs portes. En Belgique, certaines écoles proposent des sections réservées pour les élèves phobiques, comme par exemple « Les ados » de l’école Robert Dubois.

La phobie scolaire doit être prise au sérieux et gérée par des professionnels. Le soutien des parents et des amis aide à une réinsertion en douceur et réussie de l'élève.

Source : Le Parisien

Crédits photo : iStock

nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités