Célia Guerrieri : accompagner les enfants "dys" à l'école

Célia Guerrieri est notre personnalité du mois !

Professeure de lettres à l’académie de Nice, elle est atteinte de dyscalculie : « trouble sévère dans les apprentissages numériques, sans atteinte organique, sans troubles envahissants du développement et sans déficience mentale. »

C’est tout naturellement qu’elle a donc écrit deux “guides de survie” : un pour l’élève atteint de "dys" au lycée, un pour l’enseignant accueillant un élève "dys" au sein de ses cours.

« Pour les "dys", l’école est un parcours du combattant. Cela dépend du trouble et de la pratique de l’enseignant, mais dans l’ensemble, c’est très difficile. Beaucoup d’adultes dys sont sortis traumatisés du système scolaire. »

Comme les enseignants sont parfois perdus face à ce trouble et ne savent pas comment réagir, Célia Guerrieri a créé ces deux guides, et envisage même d’en dédier un troisième aux parents d’enfants "dys".

La pédagogie différenciée

L’idéal, pour les "dys", c’est la pédagogie différenciée : « La pédagogie différenciée part du constat que dans une classe, un professeur doit enseigner à des élèves ou des étudiants ayant des capacités et des modes d'apprentissages très différents. Elle tente de donner une réponse à cette hétérogénéité des classes par des pratiques adaptant à chaque élève les programmes d'études, l'enseignement et le milieu scolaire », cette pédagogie ne se centre plus sur l’apprentissage en lui même mais sur l’enfant dys.

La classe de Célia Guerrieri

Dans sa classe Célia Guerrieri enseigne de la même manière pour les élèves dys cque pour les autres. « Nous travaillons en îlots, et j’évalue par compétences, ce qui permet une adaptation pour les dys ». Célia n’évalue ni leur orthographe ni leur usage de la ponctuation. « J’évalue la qualité du raisonnement et les savoir-faire utilisés pendant les exercices. Mais mes élèves dys savent que le jour du Bac, l’orthographe et la ponctuation compteront. »

Les TICE…

Les TICE (Les technologies de l'information et de la communication pour l’enseignement) comme par exemple les ordinateurs sont extrêmement utiles pour les élèves dyslexiques et dysorthographiques.

« Les dys ont une façon de raisonner différente de la nôtre, “éclatée”. Imaginons qu’un élève dys ait une dissertation à faire. Grâce au traitement de texte, il peut créer des blocs de texte, les surligner, les déplacer et réarranger le contenu de son travail… ce qui serait très difficile s’il écrivait à la main. »

Source : VousNousIls

nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités